Hélène ROMANINI

Exposition : octobre 2014

VOLLAGES

En 1912, Pablo Picasso réalisait le tout premier collage, technique de création qui a irrigué de nombreux courants artistiques du XXème siècle.
Un siècle plus tard, nous sommes saturés d’images, figées ou animées : les télévisions, les écrans d’ordinateurs, de smartphones, la publicité, les magazines, nous abreuvent au quotidien d’un flot graphique continu où l’essentiel est noyé dans le futile.

À partir de la confrontation de visuels commerciaux, formatés, photoshopés et d’images d’actualité ou à caractère historique, Hélène Romanini, à travers ses collages, réinterprète la confusion d’une époque.

Dureté des sujets traités, papiers déchirés, saturation harmonieuse de l’espace, elle redonne de la visibilité à ce qui la touche.

Le choix revendiqué d’utiliser illégalement des images copyrightées (lire « Pour en finir avec la propriété intellectuelle« ), ancrées dans le présent, de “voler” des morceaux de photos, de dessins, d’œuvres célèbres, participe de la démarche de réappropriation du monde qu’elle entend nous proposer, d’où le titre de l’exposition de Vallauris, Vollages.

Je ne veux pas ajouter au monde, je veux transformer l’existant

Je n’utilise que des images récupérées : je recycle des images qui ont eu une première vie et qui prennent une autre dimension une fois collées.

Il m’arrive de découper mais plus souvent, je déchire.

Mes collages ne sont en général composés que d’images découpées-déchirées, sans autre technique, et j’utilise le moins d’outils possible : un bout de papier pour faire un support, un peu de colle, parfois des ciseaux ou un cutter.

J’aime qu’une expression riche se dégage de collages à la technique simple.

Hélène Romanini

Washing_you_1_550pp

Washing You

Pompégraff_300pp

Pompégraff

 

Annonce expo